Parrainez un ami, gagnez 10 €
mardi 18/12
  • mardi 18 décembre
  • mercredi 19 décembre
  • jeudi 20 décembre
  • vendredi 21 décembre
  • samedi 22 décembre
mar. 18
  • mardi 18 décembre
  • mercredi 19 décembre
  • jeudi 20 décembre
  • vendredi 21 décembre
  • samedi 22 décembre
Livraison possible dès 30 €
Sous-total
0,00 €
Frais de livraison Voir conditions
3,90 €
Crédit
0,00 €
Montant total
3,90 €
Panier
0,00 €

Biperduna

Productrice de piment d'Espelette, Cambo-les-Bains
Biperduna - Productrice de piment d'Espelette - La Ruche qui dit Oui ! à la maison

L'exploitation

En plein pays basque à Cambo-les-Bains, Maialen cultive en agriculture biologique et permaculture des fruits et légumes, mais surtout du piment d'Espelette. Elle utilise les processus biologiques existants dans la nature.

Le savoir-faire

Pour fertiliser le sol, Maialen et son conjoint cultivent des légumineuses comme engrais vert. Depuis 3 ans, ils ont ont cessé de labourer afin de respecter la structure du sol. Ils paillent le sol et désherbent à la main et ont créé une mare qui accueille des grenouilles. Le piment d'Espelette de Biperduna est reconnu AOP.

Bonjour Maialen, avant l’agriculture, il y avait quoi dans votre vie ?

J’ai été maître-nageuse pendant 5 ans à Hendaye. Je ne viens pas d’une famille d’agriculteurs : chez nous, on est soit médecin, soit exportateur de cacao, comme l’était mon père ! Il possédait 20 hectares de terrain dans le Pays Basque que j’ai repris car aucun de mes 6 frères et sœurs n’était intéressé, mais j’étais sûre de pouvoir en tirer quelque chose. J’y ai planté 3000 pieds de myrtille à la main ! Mon entourage insistait pour que je fasse de la framboise, mais j’ai suivi mon instinct : le sol était décidément plus adapté à la culture de la myrtille.

Comment êtes-vous passée des myrtilles au piments ?

Je me suis battue pour faire vivre mon exploitation de myrtilles pendant plusieurs années mais j’ai fini par me lasser : c’était beaucoup d’efforts qui passaient à la trappe, dans des conflits de voisinages et des combats administratifs. En 2005, Patrice, mon conjoint, et moi avons décidé nous installer quelques kilomètres plus bas à Cambo-les-bains, où nous avions déjà une serre. C’est sur cette exploitation que nous nous trouvons encore aujourd’hui. Nous avons transformé la serre d’abord en atelier, puis elle est devenue notre maison ! J’ai donc commencé à produire des piments, ce que tout le monde fait dans la région pour vivre. Une fois notre production passée en permaculture, nous avons pu lancer la production d’autres légumes.

Pourquoi être passée à la production en permaculture ?

Mon conjoint et moi avons suivi une formation en agriculture conventionnelle à la Chambre des Agriculteurs avant de débuter. Mais je me suis vite rendue compte que ça ne me correspondait pas. Sur mon exploitation de myrtilles, j’ai paillé le sol avec de l’écorce : ça permet de retenir l’eau plutôt que d’arroser. C’était d’abord une intuition, ça correspondait plus à mes valeurs et mon rapport à la terre. Je n’aime pas consommer, tous les vêtements que j’achète sont d’occasion et j’ai vécu 6 ans sans électricité.

C’est une amie qui m’a réellement initiée à la permaculture quand j’ai récupéré mon exploitation à Cambo-les-Bains : ici, il y a eu 15 ans de production de maïs avant nous. La terre était dure et morte à notre arrivée, il n’y avait pas un ver de terre ! Ça nous a pris 3 ans de reconstituer et retourner le sol, à la main pour ne pas tasser la terre avec des tracteurs. Aujourd’hui, elle est d’une excellente qualité, on est super fiers de notre travail !

Comment produit-on du piment d’Espelette ?

La variété du piment d’Espelette, celle produite chez Biperduna, c’est le piment Basque Gorria. Typique de la région, il est de la famille des solanacées, comme la tomate ou la pomme de terre. Ça fait 4 siècles qu’il est produit aux Pays Basque, sur 10 communes. Avant, il était utilisé pour éloigner les mouches du jambon de Bayonne !

Le piment Basque est une plante annuelle : on le sème depuis les graines de celui produit l’année précédente, mais on a toujours des graines de secours. Les fruits du piment basque sont récoltés rouges et mesurent de 6 à 14 cm. Puis ils sèchent aux soleil pendant 2 à 3 semaines, en montagne : ça le rend plus sec et plus piquant. Ensuite ils passent au four pendant 48 h à 55°C. Ils sont broyés : les particules doivent faire moins de 5 mm pour obtenir l’AOP. Il faut 8 kg de piment frais pour 1 kg de poudre.

Comment voyez vous l’avenir ?

J’aimerais développer encore plus mon exploitation afin de recréer un véritable écosystème complet : mon idée, c’est que la nature sert la nature et qu’il ne faut pas la perturber. Je suis d’ailleurs en train d’installer des toilettes sèches dans notre jardin. Je cherche toujours à apprendre plus à propos de la permaculture et les modes de vie qui s’y rapportent ! Je voudrais aussi que les circuits courts se renforcent : pour nous, c’est l’idéal, mais c’est aussi bien plus intéressant pour les consommateurs.

6,50 €
0
Biperduna
40g
162,50 € / kg
29,30 €
0
Biperduna
250g
117,20 € / kg
16,20 €
0
Biperduna
150g
108,00 € / kg
4,20 €
0
Biperduna
80g
52,50 € / kg